La Cyberintimidation

Pour la plupart des jeunes, l’Internet est le moyen par excellence d’entretenir des rapports sociaux. La majorité des interactions sociales qui y ont cours sont positives, mais de plus en plus de gens utilisent la technologie pour intimider et harceler autrui. Ce mois-ci, unissons nos efforts pour lutter contre la cyberintimidation. Prenez l’engagement qui suit et apprenez comment prévenir le taxage en ligne.

SPECIAL THANKS TO OUR GOLD SPONSORS

              HDGH_ChangingLiveTo HOTEL DIEU GRACE

Notre Championne Locale: Melissa Kinghorn

Il y a plus de dix ans, la sœur de Melissa Kinghorn s’est suicidée après avoir été victime de cyberintimidation. Melissa parcourt aujourd’hui la région de Windsor-Essex pour sensibiliser les élèves à l’importance de savoir quelles mesures prendre lorsqu’ils voient quelqu’un se faire intimider ou qu’ils sont eux-mêmes victimes de tels actes. Melissa souhaite ainsi inciter les élèves à faire une utilisation responsable des médias sociaux.

Take The Pledge

*Don’t want to leave your name? No problem! Just call yourself an Upstander or Peacekeeper instead!

FORMES QUE PEUT PRENDRE LA CYBERINTIMIDATION :

Envoyer des messages méchants ou des menaces sur un compte courriel ou un numéro de téléphone

Répandre des rumeurs en ligne ou par texto

Publier des messages blessants ou menaçants sur des réseaux sociaux ou des pages Web

Voler des renseignements sur le compte personnel de quelqu’un afin de pirater son compte et d’envoyer des messages préjudiciables

Prendre des photos peu flatteuses de quelqu’un et les diffuser par téléphone cellulaire ou sur l’Internet

Envoyer des sextos ou faire circuler des images ou des messages sexuellement explicites à propos de quelqu’un

Vous aimeriez pouvoir reprendre ce que vous avez dit?

NeedHelpNow.ca offre des ressources aux jeunes ayant pris de mauvaises décisions; il les aide à assumer les conséquences de l’envoi d’images inappropriées d’eux-mêmes et les informe qu’ils peuvent obtenir de l’aide!

Que pouvez-vous faire?

Z

Parlez aux adolescents de la cyberintimidation et expliquez-leur que ce type de comportement est répréhensible et qu'il peut avoir de graves conséquences. Établissez une règle selon laquelle les ados ne peuvent pas envoyer de messages blessants ou préjudiciables, même si quelqu’un d’autre l’a fait en premier, ni d’images ou de messages sexuellement explicites, sinon ils perdront leur cellulaire et leurs privilèges d’ordinateur pendant un certain temps.

Z

Les adolescents ne devraient rien envoyer par texto ou par messagerie instantanée sur leur cellulaire ou l'Internet s'ils ne veulent pas que ce soit rendu public. Rappelez aux ados que la personne à qui ils parlent par messagerie ou en ligne pourrait ne pas être qui elle prétend être et que ce qui est publié sous forme électronique n’est peut-être pas sécurisé.

Z

Placez votre ordinateur dans un espace commun telle que la salle familiale et interdisez aux adolescents tout accès à l'Internet dans leur propre chambre.

Z

Il peut être préférable que les parents attendent que leurs enfants intègrent le secondaire avant de leur permettre d’avoir leur propre compte courriel ou de cellulaire, et là encore, les parents devraient pouvoir accéder à ces comptes.

Z

Les adolescents ne devraient jamais confier leur mot de passe à qui que ce soit sauf à un parent et ils ne devraient jamais l’inscrire là où d’autres peuvent le voir.

Z

Les adolescents devraient conserver tout message de cyberintimidation comme preuve que celle-ci s’est produite. Les parents du jeune voudront peut-être parler de ces messages aux parents du cyberintimidateur, à son fournisseur de service Internet ou de téléphone cellulaire ou à la police, surtout si ces messages sont de nature menaçante ou sexuelle.

Z

Essayez de bloquer la personne qui envoie ces messages. Il se peut qu’il soit nécessaire d’obtenir un nouveau numéro de téléphone ou une nouvelle adresse courriel et de faire preuve d'une prudence accrue avant de divulguer le nouveau numéro de téléphone ou la nouvelle adresse.

Z

Encouragez les adolescents à débrancher régulièrement leurs appareils électroniques, comme aux repas en famille ou après une certaine heure le soir.

PASSER AUX ACTES – AVANT ET APRÈS L’INCIDENT:

  • Inondez le flux en ajoutant des photos et des messages plus positifs à un site afin d’« enterrer » un commentaire ou une photo négatifs.
  • Limitez l’accès en interdisant aux applications tierces d’accéder à vos coordonnées, lieux, photos ou informations de profil personnel.
  • Utilisez la fonction d’impression d’écran ou de copie pour capturer une image ou un texte pour enregistrer les preuves d’abus numériques.
  • Désactivez les services de localisation dans vos photos – ils contiennent des informations de localisation (géomarquage) permettant de vous retrouver plus facilement.
  • Couvrez la lentille de votre webcaméra parce que certains virus peuvent l’activer à distance.
  • Ajoutez seulement des amis que vous connaissez dans la vraie vie. Posez une « question d’habileté » à toute personne qui vous envoie une demande d’ami pour prouver qu’elle est vraiment qui elle prétend être.
  • Signalez-le. De nombreux écoles et sites Web ont des fonctions de signalement anonymes.
  • Triez votre liste d’amis sur Facebook par famille, proches amis et entourage de façon que vous puissiez partager vos mises à jour de statut avec la bonne audience.

Pour en savoir plus: mediasmarts.ca

Mandi Fields

Co-Chair

CTV London – Community Relations Coordinator
Email: mandi.fields@bellmedia.ca
Phone: 519-686-8810 ext 7243

Matthew Sereda

Co-Chair

Thames Valley District School Board – Safe Schools
Email: Matthew.Sereda@tvdsb.on.ca
Phone: 519-452-2000 ext 20048